La méthode Alfred Tomatis ou thérapie de l’écoute

    1On peut bien entendre et mal écouter.

    Le message sonore est correctement entendu mais mal analysé sur un plan émotionnel. Le cerveau se protège en érigeant des barrières pouvant favoriser ainsi le développement de nombreux troubles.

    On dit que “l’écoute est perturbée”.

    2La Méthode TOMATIS stimule votre cerveau.

    Vous effectuez des séances d’écoute répétées en utilisant des appareils spécialement conçus pour stimuler le cerveau et l’aider progressivement à mieux analyser le message sensoriel.

    On dit que “l’oreille se met à l’écoute”

    3Une bonne écoute peut changer votre vie.

     

    Votre oreille ne sert pas uniquement à entendre. Elle stimule votre cerveau et détermine votre équilibre. Une bonne écoute est donc primordiale pour favoriser le développement personnel.

    4La bascule électronique à effet TOMATIS

    Les appareils TOMATIS sont conçus pour établir un contraste perceptif sonore unique. Cet effet provoque la tension puis le relâchement des muscles de l’oreille. Ce va-et-vient est réalisé par le passage soudain de fréquences graves ne nécessitant de la part de l’oreille aucun effort d’accommodation à des fréquences aiguës demandant à l’oreille un effort d’accommodation important. Cette activité peut être comparée à une gymnastique, qui grâce à une activité répétée et une mobilisation progressive de l’oreille, permet d’optimiser la transmission du message sensoriel sonore vers le cerveau.

    5Comprendre l’effet Tomatis sur l’oreille et le cerveau

    La Méthode Tomatis® est une technique de stimulation sensorielle sonore. Le son est transmis d’une part par la conduction osseuse provoquée par une vibration en haut du crâne et d’autre part en conduction aérienne par le pavillon de l’oreille. Ce son a été préalablement traité en laboratoire pour lui fournir l’effet Tomatis® et ainsi stimuler l’oreille interne dans sa totalité, tant sur le plan auditif que moteur. Concrètement, le son se propage à travers le tympan, puis en conduction osseuse et déclenche, par action réflexe, la contraction puis le relâchement de 2 muscles appelés « muscle de l’étrier » et « muscle du marteau ». Cet effet, repose sur un double mécanisme de contraste perceptif sonore (double alternance de timbre et d’intensité) destiné à « surprendre » l’oreille.

    Ces muscles vont à leur tour stimuler, toujours par vibration les organes appelés cochlée et vestibule. La cochlée et le vestibule sont tapissés de micro-cellules que l’on nomme cellules ciliées dont l’objet est de convertir cette vibration en stimuli électriques qui vont alimenter un vaste réseau nerveux appelé formation réticulée. Cette dernière contrôle le niveau d’activité globale de l’activité cérébrale. En d’autres termes, la cochlée et le vestibule dynamisent le cerveau ; on dit que l’oreille interne a une fonction de « charge corticale »

    Par ailleurs le vestibule informe le cerveau du moindre mouvement corporel et agit donc sur le rythme et l’équilibre. La cohérence du message qu’il transmet est donc fondamentale. Il est donc nécessaire qu’il soit efficacement stimulé.