Amélioration de la voix chantée

    L’auto écoute joue un rôle fondamental dans la pose de la voix

    Amélioration de la voix chantée
    Le timbre, l’expressivité, la justesse de notre voix dépendent de la façon dont nous l’entendons, principalement par résonance à travers les os du crâne.

    Le témoignage de Sébastien

    Je m’appelle Sébastien Eyssette, je suis un chanteur lyrique professionnel de 39 ans. Suite à une audition professionnelle au cours de laquelle j’ai chanté faux sans m’en rendre compte, j’ai décidé de contacter le cabinet Tomatis de Genève. M. Julien Frère, m’a fait un bilan qui s’est avéré très utile car montrant nombre de problèmes que j’avais sans le savoir.

    J’ai donc décidé de commencer la thérapie et pour être honnête je n’y croyais pas du tout, je m’étais dit qu’avant de songer à une possible reconversion je me devais de tout essayer et je n’ai pas été déçu.

    Le jour de ma troisième séance passive à domicile j’avais une représentation à l’opéra le soir et quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ouvris ma bouche sur scène ce soir là, jamais je ne m’étais entendu comme ça de ma vie, tout était équilibré alors qu’auparavant il y avait un vide du côté de mon oreille droite mais je ne le savais pas, c’était comme d’être passé d’un son en mono à un son en Dolby Surround 7.1, voire plus !

    Tomatis et les chanteurs d’opéra

    Alfred A. Tomatis, oto-rhino-laryngologiste, fut le premier à observer, vers 1950, que « nous chantons grâce à nos oreilles ». Il avait remarqué que les travailleurs d’usine ayant une perte d’audition avaient fréquemment aussi des distorsions dans la voix. Il avait aussi noté que les chanteurs d’opéra ayant des troubles de la voix pouvaient subséquemment souffrir d’une perte auditive. Ce phénomène fut ensuite vérifié scientifiquement et nommé « effet Tomatis ».

    La voix ne contient que ce que l’oreille entend

    Alfred A. Tomatis

    Amélioration de la musicalité et de la voix parlée ou chantée.

    Grâce à une action directe sur les mécanisme cérébraux liant perception et action, le principe fondamental de la méthode Tomatis® est que toute modification portant sur les mécanismes concernant la réception et l’analyse d’un message sonore aura des conséquences sur la façon de reproduire ce message, que ce soit de façon parlée, chantée ou par l’intermédiaire d’un instrument de musique.

    Le rôle de l’ostéophonie dans la pose de la voix

    ecoute-par-osteophonie
    L’ostéophonie ou conduction osseuse désigne le phénomène de propagation du son jusqu’à l’oreille interne via les os du crâne.

    La conduction osseuse est la raison pour laquelle la voix d’une personne lui semble différente quand elle est enregistrée et reproduite. Parce que les os du crâne transmettent mieux les fréquences basses que l’air, les gens perçoivent leur propre voix plus basse et profonde que les autres.

    Maîtriser sa voix grâce à la conduction osseuse

    Pour Tomatis, une émission vocale de qualité n’exige pas seulement une bonne écoute du message sonore venant de l’extérieur, mais aussi et surtout une bonne auto écoute, c’est à dire la capacité d’utiliser sa propre voix comme la source sonore à analyser et à contrôler en justesse, en intensité et en qualité.

    Cette auto écoute peut se réaliser à condition que la vibration sonore perçue soit correctement régulée par conduction osseuse qui est la voie de transmission du son par tous les os du corps et en particulier par la boite crânienne.

    Cette régulation osseuse est elle-même assujettie à un fonctionnement harmonieux de 2 muscles situés dans l’oreille moyenne, et dont le rôle est de contrôler et d’amortir l’ensemble des vibrations transmises à l’oreille interne.

    Ainsi, en fonction de la problématique vocale rencontrée, l’action de cette démarche pourra être ciblée sur :

    • Le manque ou la perte du désir de chanter
    • La difficulté à prendre la parole ou à chanter facilement, sans avoir l’impression de forcer ou pousser sur sa voix
    • Le manque de fluidité verbale
    • Le manque de justesse et de précision
    • Le manque ou le déséquilibre du timbre, produisant des voix trop sourdes, trop aiguës ou trop nasillardes
    • Le manque d’expressivité de la voix, par défaut de modulation ou d’intonation
    • La perte du contrôle de l’intensité, que ce soit par défaut ou par excès