La sédentarité diminue notre capacité à former de nouveaux souvenirs

    Les chercheurs confirment l’impact d’un comportement sédentaire sur une région critique du cerveau en lien avec la mémoire

    jeune homme sédentaire

    Les chercheurs ont constaté qu’un grand nombre d’heures passées à être assis sont liés à l’amincissement du lobe temporal médial du cerveau. Un tel amincissement peut être un précurseur du déclin cognitif et de la démence chez les adultes d’âge moyen et plus âgés.

    Source : http://newsroom.ucla.edu/releases/researchers-link-sedentary-behavior-to-thinning-in-brain-region-critical-for-memory

    Rester trop longtemps assis est lié à des changements dans une section du cerveau qui est critique pour la mémoire, selon une étude préliminaire menée par des chercheurs de l’UCLA sur des adultes d’âge moyen et plus âgés.

    Des études montrent que, comme fumer, d’être trop souvent assis augmente le risque de maladie cardiaque, de diabète et de décès prématuré. Les chercheurs de l’UCLA ont voulu voir comment le comportement sédentaire influence la santé du cerveau, en particulier les régions du cerveau qui sont essentielles à la formation de la mémoire.

    Cet article est mis à votre disposition gratuitement. Merci de nous soutenir en aimant notre page Facebook.

     

    Les chercheurs de l’UCLA ont recruté 35 personnes âgées de 45 à 75 ans – 25 femmes et 10 hommes – et ont posé des questions sur leurs niveaux d’activité physique et le nombre moyen d’heures passées par jour au cours de la semaine précédente. Chaque personne a passé une IRM haute résolution, qui fournit un tableau détaillé concernant le lobe temporal médial, une région du cerveau impliquée dans la formation de nouveaux souvenirs.

    Les chercheurs ont constaté que le comportement sédentaire est un prédicteur significatif de l’amincissement du lobe temporal médial et que l’activité physique, même à des niveaux élevés, est insuffisante pour compenser les effets néfastes lié à une position assise pendant de longues périodes.

     

    Les chercheurs espèrent ensuite suivre un groupe de personnes pendant une période plus longue afin de déterminer si le fait de s’asseoir cause l’amincissement et quel rôle le sexe, la race et le poids pourraient jouer dans la santé du cerveau liée à la position assise.

    L’amincissement médial du lobe temporal peut être un précurseur du déclin cognitif et de la démence chez les adultes d’âge moyen et plus âgés. Réduire le comportement sédentaire peut être une cible possible pour les stratégies visant à améliorer la santé du cerveau chez les personnes à risque de développer la maladie d’Alzheimer, selon les chercheurs.

    La méthode Tomatis® bonne pour le cerveau !

    Cette étude nous montre qu’une activité physique et motrice régulière est nécessaire afin de bien intégrer de nouvelles informations, mais n’est pas suffisant en soi. C’est pourquoi, en combinant une session d’écoute de 13 jours sous oreille électronique à des activités motrices créatives, nous stimulons de façon intensive les régions du cerveau liées à la mémoire, et permet d’agir durablement sur les problématiques suivantes :

    • Pour les enfants : un désintérêt pour les nouveaux apprentissages, une mauvaise mémoire, une difficulté à rester concentré.
    • Pour les adultes : une difficulté à apprendre de nouvelles choses, une démotivation, un découragement, un passage à vide.
    • Pour les adultes d’âge moyen et personnes âgées : prévenir une diminution des capacités cognitives liées à l’âge, garder le goût de vivre.

    Vous avez envie d’essayer la méthode ? Prenez contact pour un premier rendez-vous gratuit au +41 22 519 00 11 avec notre consultant

    Les auteurs de l’étude

    Prabha Siddarth, un biostatisticien à l’Institut Semel pour les neurosciences et le comportement humain à l’UCLA, est le premier auteur de l’étude. Le Dr David Merrill, psychiatre gériatrique et professeur clinique adjoint de psychiatrie et de sciences biocomportementales à l’UCLA, est l’auteur principal de l’étude. Les autres auteurs sont Alison Burggren et Gary Small, tous deux de l’UCLA, et Harris Eyre de l’Université d’Adélaïde, en Australie.

    Leigh Hopper |

    Lien vers les résultats de l’étude : http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0195549

    Cet article est mis à votre disposition gratuitement. Merci de nous soutenir en aimant notre page Facebook.