Méthode Tomatis, grossesse, accouchement et développement de l’enfant. Le témoignage d’Annaëlle.

    Témoignage grossesse et accouchement / témoignage d'Annaëlle

    De la grossesse à l’accouchement en toute sérénité.

    Annaëlle a accepté de répondre à nos questions concernant son expérience avec la méthode Tomatis. Pendant la grossesse, à l’accouchement et durant les premiers mois de vie de sa fille.

    Tout d’abord, posons le cadre temporel : quand est-ce que vous avez fait la méthode Tomatis ?

    « J’ai testé Tomatis 3 fois pendant ma grossesse, 1 fois à 3 mois, 1 fois vers les 6 mois et 1 fois vers la fin (8 mois et demi), vraiment vers à la fin de la grossesse. »

    Vous avez suivi quel protocole ? vous avez fait pendant combien de temps par jour ?

    « 1h20, tous les jours pendant 13 jours. »

    Et vous avez écouté quoi ?

    « C’était un mélange entre Mozart, des chansons de marche, des chants grégoriens, un peu un mélange de tout cela. »

    Votre enfant à quel âge aujourd’hui ?

    « Elle a 10 mois »

    Pourriez-vous nous dire sur l’expérience Tomatis pendant la grossesse, qu’est-ce que cela vous a apporté et comment vous vous êtes sentie ?

    « Ce qui était vraiment bien, c’est que ça m’a vraiment détendue. Quand on est enceinte, on a pleins de petites angoisses et de stress.

    Tomatis m’a vraiment enlevé ce stress, et m’a aidé à trier les informations dans ma tête, c’est comme si ça m’a aidé à évacuer et à trier les choses qui me stressaient. Donc ça m’a vraiment détendue, ça m’a permis de dormir quand j’avais besoin de faire une sieste. »

    Donc vous avez dormi pendant l’écoute ?

    « Oui ! je faisais des siestes pendant la grossesse et puis quand j’écoutais Tomatis, ça m’endormait. Du coup, je me mettais en situation ou je pouvais faire une sieste pendant les séances d’écoute. »

    Est-ce que vous avez senti l’enfant réagir pendant que vous écoutiez Tomatis ?

    « Oui la première fois que je l’ai sentie bouger c’était avec Tomatis, du coup je pense qu’on n’a pas fait exactement à 3 mois, je pense que c’était plus de 3 mois et demi, 4 mois parce que je l’ai senti très tôt bouger justement.

    Beaucoup de gens m’ont dit “Wouah, c’est très tôt pour sentir bouger”, elle a très vite réagi à Tomatis, et bougeait vraiment, donc j’avais l’impression qu’elle aimait. »

    Vous pensez qu’elle semblait réagir tout au long des traitements à 3 mois, à 6 mois ?

    « Oui »

    Est-ce qu’elle réagissait différemment en fonction des musiques, quand c’était du Mozart ou les chants grégoriens ?

    « Elle était plus détendue avec les chants grégoriens et plus active avec les autres. Et ce qui était très sympa, c’est comme si ça a créé une espèce de « réflexe de Pavlov de détente ». Pendant sa phase nourrisson, dès que je la sentais un peu agitée par exemple le soir, je pouvais mettre de la musique Mozart.

    Après ce n’étaient pas exactement les morceaux, mais on avait choisi un peu des morceaux qui correspondait au morceau que j’avais écouté. Elle réagissait et ça la détendait tout de suite. »

    Une musicothérapie qui vous accompagne de la grossesse à l’accouchement.

    Donc on peut dire aujourd’hui, que si elle est stressée, vous pouvez lui mettre du Mozart par exemple pour la détendre. Donc elle a la mémoire !

    « Oui et je pense que ça l’a ouverte à la musique en général, car elle est sensible à cela et aime beaucoup la musique. Mais en tant que nourrisson c’était vraiment les morceaux classiques qui la calmaient. »

    Est-ce que vous avez l’impression que cela vous a aidé pour l’accouchement ?

    « Oui, parce qu’à la fin de la grossesse, c’est là où on attend quelque chose qui est supposé arriver. On ne sait pas trop ce qui va se passer et puis ça peut être un moment très angoissant… »

    C’était votre premier enfant ?

    « Oui et encore une fois avec Tomatis, cela m’a permis de trier ces peurs. Toutes ces choses qui remontaient à la surface et d’être prête pour l’accouchement. »

    Vous avez eu le sentiment que la musicothérapie Tomatis vous a aidé à accoucher ?

    « Oui, après c’est difficile de répondre à cette question parce que j’ai fait plein de choses en plus de Tomatis. Mon accouchement s’est très bien passé et j’ai accouché à la maison. C’est toujours un moment très particulier et je pense que Tomatis a participé à ça. »

    Aujourd’hui avec le recul, est-ce que vous pensez que la musicothérapie Tomatis a aidé le bébé à certaines étapes de son développement, à partir de l’accouchement ?

    « Je pense que le fait d’écouter de la musique, c’est comme si ça donne à l’enfant une envie de sortir du monde dans lequel il est et de se lancer dans notre monde. Parce que ça peut-être un moment particulier pour l’enfant et qui peut lui faire peur, cette transition entre deux univers.

    Mon sentiment, c’est que d’écouter cette musique, pour le bébé ou l’embryon, ça développe une curiosité, une envie de découverte. Et puis ça facilite l’accouchement, ça permet à l’enfant d’être actif dans le processus d’accouchement, ça suscite son désir de découvrir le monde. »

    Oui ça donne à l’enfant, un élan dans sa curiosité pour voir le monde extérieur, qui peut favorablement influencer la position du bébé, la vitesse de l’accouchement.

    « Le bébé est très actif dans l’accouchement, par exemple si une femme a besoin d’être déclenchée, souvent on peut dire qu’il y a une peur de la maman qui est la peur d’accoucher. »

    Ça désangoisserait aussi le bébé.

    « Et puis ça lui donne une envie de découverte et de curiosité. »

    Donc on va dire de l’enfant qu’il est éveillé.

    « C’est vrai, depuis le début, c’est une enfant qui est super éveillée. Elle a souvent impressionné son monde, on a même pas eu besoin de tenir sa tête, elle a très vite su la tenir. Notre enfant était très à l’aise sur le ventre, elle levait la tête très vite, très tonique sur ses jambes.

    Puis elle a commencé un peu à marcher vers 9 mois et demi. Maintenant, à 10 mois, elle marche environ 6 mètres toute seule, surtout pieds nus, elle marche très bien. Elle est très curieuse, et dans l’interaction, les gens qui la voient pense qu’elle est très éveillée pour son âge et je pense que Tomatis a beaucoup participé à ça. »

    Pour la marche à 4 pattes, vous avez remarqué quelque chose ?

    « Elle a marché a 4 pattes assez vite aussi, quand elle marche à 4 pattes. On dirait un robot, dans le sens où elle est très synchronisée et marque ses appuis. Elle est bien ancrée au sol et on sent qu’elle est très coordonnée. »

    Au niveau de la motricité fine, vous avez remarqué quelque chose ?

    « Oui, on dit que la pince (entre le pouce et l’index) c’est quelque chose qui s’acquiert vers 9 mois. Je dirais qu’elle l’a acquise vers 7 mois et demi, à 8 mois c’était déjà acquis.

    Elle a conscience aussi de son corps dans l’environnement, si elle va sous une table, elle sent qu’il y a le haut de la table qui lui tape la tête, elle s’accroupit et fait attention. Elle va vraiment de l’avant et puis elle se donne des défis, mais elle fait très attention.

    J’ai l’impression que notre enfant n’est pas maladroite, consciente de ses limites tout en voulant aller de l’avant et puis elle se crée des petits parcours d’obstacles, par exemple avec les marches, elle passe d’un côté et de l’autre, aussi sous les chaises, etc… 

    Et elle aime bien comprendre où est son corps par rapport à son environnement, elle en a une très bonne compréhension. »

    Quel rapport a-t-elle avec la musique, reconnaît elle l’instrument de musique ?

    « Elle adore, elle aime beaucoup. J’ai fait un cours de musique avec elle quand elle avait 8 mois. Tout de suite elle a attrapé la baguette du tambour et elle a instinctivement tapé directement sur le tambour. 

    D’autres enfants qui avaient 1 an, ils n’y arrivaient pas. Après tous les enfants sont différents, mais elle aime beaucoup et encore une fois elle est très coordonnée aussi, ça donne l’impression que j’ai l’enfant parfait. »

    Ce n’est pas qu’il est parfait, c’est que par rapport à d’autres enfants du même âge, on voit quand même le contraste et la différence.

    « Je ne sais pas si c’est Tomatis qui a tout fait, mais je pense que ça y a participé. »


    En résumé, la musicothérapie Tomatis s’est avérée très positive et agréable pour le bébé ainsi que pour la mère pendant la grossesse jusqu’à l’accouchement. On voit que cela impacte l’éveil, la coordination et la motricité fine chez l’enfant de manière très positive.

    Intéressée ? Venez nous rendre visite au centre, la première consultation est gratuite ! Cliquez ici pour accéder à notre page de contact.

    Bouton réserver en ligne

    Note : pour préserver l’anonymat de notre patientèle, nous utilisons un prénom fictif et une photo prétexte. Exclusivité du centre Tomatis Genève (pas disponible dans un autre centre Tomatis).