Témoignage de Julie, 14 ans, TDAH

    208

    La méthode Tomatis associée au casque Activate Brain, des résultats positifs et sans psychostimulants.

    Quand as-tu été diagnostiquée de TDAH ?

    « Quand j’avais 3 ans, j’étais en crèche et je courrais partout, on n’arrivait pas à me canaliser. Elle a donc prévenu mes parents. Plus tard, on est allé voir le pédiatre et on m’a fait plein d’examens. Puis ils m’ont diagnostiqué TDAH. »

    Est-ce qu’on t’a, par la suite, prescrit des médicaments ?

    « Oui, à l’âge de 8 ans on m’a donné de la Rıtalıne. C’était beaucoup trop fort. Je l’ai pris une fois et j’ai commencé à dérailler. Je ne pouvais pas dormir, je ne pouvais rien faire. Tu vois les malaises qu’on fait quand on ne mange pas ? Et bien j’ai fait ce genre de malaise en plein cours. Mon père a donc refusé que je continue à en prendre. Ensuite, récemment, on m’a à nouveau prescrit un médicament, le Medıkınet MR. »

    Quand tu dis dérailler à cause du médicament, tu parles de quoi ?

    « La Rıtalıne je l’ai prise 1 jour et tout de suite j’ai déraillé. C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée, je voulais ne jamais avoir à revivre ça. Malheureusement, je l’ai revécu car quand on change de dosage, on ne se sent pas très bien. On ressent pleins d’émotions qui remontent toutes seules. Il y a quelques temps, j’étais dans le bus avec mon copain et il me parlait d’un truc très joyeux, et j’étais super contente. Et puis d’un coup, j’ai commencé à pleurer. Lors du dosage, on est tout troublé au niveau des émotions. On m’a même dit « Tu vis un calvaire, en une journée tu peux être les 4 saisons de l’année ». Je pouvais passer du chaud au froid en un instant.
    En plus, la première fois, on n’a m’a pas donné le médicament progressivement. Ma logo-psychiatre m’a donné une pilule entière d’un coup à 8 ans. C’est beaucoup trop grand en plus j’étais très jeune et ça m’a fait totalement dérailler. Je faisais que de monter et de descendre, à un moment donné j’avais tellement mal que j’ai fait un malaise. »

    Donc après le premier épisode de la Rıtalıne, tu as arrêté un certain temps les médicaments ?

    « Oui, pour mon père c’était hors de question que je vive ça. Puis récemment, en février dernier, on m’a à nouveau prescrit un médicament, le Medıkınet MR. »

    Qu’est-ce qui t’a amené à venir au Centre Tomatis Genève ?

    « J’avais des bruits dans les oreilles parfois, une sorte de « bip » un peu bizarre et tout ce qu’on racontait autour, je n’arrivais plus à l’entendre. Ça m’arrivait souvent à l’école. On me parlait mais je n’entendais rien. Les professeurs étaient obligés de me secouer ou de me dire quelque chose sinon je n’entendais pas. C’est pour ça que je suis venue au centre. En plus de ce bruit, c’était impossible pour moi de rester tranquille. Pouvoir être assise aujourd’hui ici calmement avec toi c’est un exploit pour moi. C’est quelque chose que je ne pouvais pas faire avant. »

    Comment ça se passait quand tu as repris les médicaments avant ton traitement au casque Activate Brain ?

    « Quand en février on m’a à nouveau prescrit des médicaments, mon père n’avait pas envie que j’en prenne à nouveau. Ma mère a quand même voulu qu’on réessaye pour voir, donc on a tenté avec un petit dosage qu’on augmentait petit à petit. Puis, quand on est arrivé à un certain dosage, je n’arrivais plus à travailler. J’étais trop excitée, c’était difficile. C’était un dosage beaucoup trop grand.

    Je n’arrivais plus à réfléchir et j’ai commencé à trembler. A l’école, dans ma classe, j’étais la plus douée en géométrie. Puis un jour ma professeure m’a donné une équerre et une règle et m’a demandé de tracer une parallèle. Je n’y arrivais plus. Je tournais mes objets dans tous les sens et je n’arrêtais pas de trembler. Ma professeure m’a même dit « c’est grave ». C’était impossible pour moi de contrôler les tremblements et d’être au clair dans ma tête. Au niveau des émotions c’était très compliqué, je m’énervais facilement, j’étais à fleur de peau. »

    Quand as-tu commencé le casque Activate Brain ?

    « J’avais déjà fait des traitements au centre notamment l’écoute Tomatis en février. C’est à ce moment-là que j’ai aussi repris les médicaments. Puis, en août, Julien Frère m’a proposé d’essayer le casque pour traiter mon TDAH. J’ai accepté puis au bout d’une semaine de casque je suis allée lui dire que ça faisait trop d’informations en même temps pour moi. Avec les médicaments et le casque en même temps, je n’arrivais plus à savoir qu’est-ce qui était provoqué par quoi.

    J’avais l’impression qu’un côté de mon cerveau était normal mais que l’autre sautait dans tous les sens. Après lui en avoir parlé, Julien Frère a donc écrit une lettre à ma mère pour lui proposer de ne pas prendre les médicaments pendant la seconde semaine de casque et de me laisser une chance de voir si le casque pouvait me permettre d’arrêter les médicaments. Elle a accepté et m’a souvent demandé par la suite comment j’allais sans les médicaments, mais je lui disais que tout allait bien. »

    As-tu repris ton médicament à la fin du traitement du casque ?

    « Non, je ne l’ai pas repris depuis. Ça fait donc 1 mois. J’ai rendez-vous avec ma pédiatre en novembre et on va lui dire que j’ai arrêté les médicaments. Je ne ressens pas le besoin de les prendre car je me sens tranquille depuis que j’ai fait le traitement du casque. Je peux rester assise, même moi j’ai de la peine à croire que j’y suis parvenue. Honnêtement, le traitement du casque a été pour moi beaucoup plus efficace que les médicaments que je prenais. J’ai tout de suite senti les effets du casque sur mon hyperactivité. A l’école c’est beaucoup plus clair, je suis plus concentrée, plus calme et c’est vraiment plus simple. Maintenant j’arrive à faire des dossiers toute seule facilement alors qu’avant les professeurs devaient courir derrière moi sinon je n’arrivais pas à le faire. »

    Comment tu as ressenti le traitement du casque sur ton TDAH ?

    « Les premières semaines j’ai eu mal à la tête et ça tournait. Mais après, quand j’ai arrêté les médicaments, ça a été. Je me suis rendue compte, quand les maux de tête ont disparu, que j’arrivais à m’assoir et rester tranquille, je n’arrivais pas à y croire. »

    Si tu devais conseiller un traitement à quelqu’un souffrant aussi de TDAH tu lui conseillerais quoi ?

    « Je lui conseillerais de faire le casque Activate Brain sans hésitation. Le casque calme beaucoup plus facilement alors que les médicaments ça nous dupe. On n’est pas nous même. Mon meilleur ami que je connais depuis 3 ans, c’est que maintenant qu’il voit comment je suis vraiment. Le casque a permis de traiter mon TDAH en gardant le sentiment d’être moi.

    Je me sens vraiment mieux depuis que j’ai fait ce traitement.

    Je me sens moi-même, ça me fait un peu bizarre, mais je vais m’habituer c’est normal.

    Je le recommande et je suis très contente de l’avoir fait. Ça fait 1 mois maintenant que j’ai fait le casque et que je ne prends plus mes médicaments. »

    As-tu remarqué d’autres choses en particulier ?

    « J’adore les sucreries. Quand je mangeais des bonbons sous médicament, le sucre m’excitait quand même beaucoup. Alors que maintenant, quand j’en mange depuis mon traitement au casque, je ressens beaucoup moins les effets excitants du sucre sur moi.

    J’espère vraiment que les gens vont venir essayer ce traitement car il a totalement marché sur moi ! »

    Pour en savoir plus sur le casque Activate Brain : https://centre-tomatis-geneve.ch/casque-activate-brain/

    Pour prendre rendez-vous en ligne c’est ici : https://tomat.is/resa